A dos d'éléphant

Ce que racontent les jouets de l’Inde

Cette exposition de plus de 200 jouets comporte pour l’essentiel un ensemble important de jouets en argile, en bois peint, en papier mâché, en sucre.

Ces jouets évoquent des croyances, des évènements ou des récits hérités de traditions orales anciennes. Ils racontent la continuité de formes archaïques miraculeusement conservées jusqu’à nos jours dans l’art populaire, les usages successifs d’un même objet pour différentes fonctions et les ambiguïtés récurrentes entre objets rituels, ex-voto et jouets.

En contrepoint dans la dernière partie de l’exposition sont réunis des jouets de l’époque coloniale, dont certains fabriqués pour l’exportation, d’autres conçus à l’étranger sur des thèmes emblématiques comme la chasse au tigre par exemple.

 

Aujourd’hui en Inde les artisans fabriquent encore les figurines millénaires, elles restent intégrées à des rituels avant que les enfants ne les manipulent.

Ce moment historique, où elles coexistent dans le même pays avec des jouets « de débrouille » et des jouets industriels d’inspiration mondialisée, ne durera pas. Avec le développement accéléré de l’Inde moderne, la mémoire collective risque – comme elle l’a fait en son temps en Occident- de refouler, d’oublier au plus vite les jouets modestes du passé. Ou de les transformer en objets touristiques.

Il faut donc, avant qu’il ne soit trop tard, les sauvegarder, les admirer, écouter ce qu’ils racontent. « Let us delight in simple things » écrivait Kipling.

Dans l’exposition on peut voir plusieurs petits films sur les jouets fabriqués actuellement en Inde.

 

Photos Leonid Padrul, Christine Armengaud.

 

 

Images de quelques jouets de l’exposition, en 36 clics*